25

mai.

Pourquoi les tarifs et le prix de l’ électricité vont augmenter

sans-titre

Pourquoi les tarifs et le prix de l’ électricité vont augmenter

La facture des ménages pourrait grimper de 50 % d’ici à 2020, selon la commission d’enquête du Sénat sur le coût réel de l’électricité.

Le rapport sur le coût réel de l’électricité du 18 juillet 2012 de la commission d’enquête du Sénat rendu public précisait que si la législation et les comportements de consommation restaient inchangés, la facture d’électricité des ménages français grimperait de 50 % d’ici à 2020. La hausse des prix de l’électricité devrait atteindre 30 % d’ici à 2016 afin de s’aligner sur les tarifications des autres pays européens. Le nucléaire aurait permis à la France de « bénéficier d’un prix du mégawattheure parmi les plus faibles d’Europe », mais les programmes de maintenance et les travaux de sécurité » « dont la catastrophe toujours en cours de Fukushima nécessitent des investissements colossaux. Les investissements importants dans la filière nucléaire et dans les énergies renouvelables devraient peser sur les coûts d’ici 2020. De plus, la sous-évaluation latente du coût du mégawattheure renforce cette évolution future.

54e9d4999ed3c

D’après le rapporteur écologiste de la commission du Sénat, Jean Dessessard. La répercussion de ces investissements sur le coût de l’électricité semble inévitable. « On peut parler de 400 milliards d’euros à horizon de vingt ans », pour financer la totalité des investissements dans la production électrique. D’après la Cour des comptes en janvier 2012 ce montant avoisinerait les 73 milliards d’euros. Pour des experts À ces investissements qui vont fortement impacter la facture des ménages s’ajoute la sous-estimation du coût de production de l’électricité.

Toujours selon la Cour des comptes, le coût de production réel du mégawattheure s’élève à 49,5 euros et devrait même atteindre 54,2 euros avec les mesures post-Fukushima. D’après certains experts, le prix du mégawattheure pourrait même grimper à 75 euros, mais la commission du Sénat n’a pas confirmé cette hypothèse. D’après les déclarations de Jean Desessard, membre du groupe Europe Écologie Les Verts et sénateur de Paris « Nous n’avons pas voulu rajouter des incertitudes aux incertitudes». D’après des spécialistes le nucléaire resterait meilleur marché que les énergies renouvelables. L’éolien en mer, plus de 220 euros le mégawattheure, le photovoltaïque entre 229 et 371 euros, l’éolien terrestre 82 euros une énergie « d’ores et déjà une filière mature et compétitive qui devrait être aussi compétitive que le nucléaire à l’horizon 2017 ». Si les sénateurs encouragent les efforts en matière d’économies d’énergies, il est également important de penser aux énergies alternatives.

Les détracteurs de ces énergies alternatives oublient qu’aucune de ces énergies renouvelables et autres n’a bénéficié des soutiens publics colossaux qui ont accompagné depuis l’origine le développement de l’énergie nucléaire en France. Le but initial était bien sûr de développer du plutonium dans la course aux armements. Tout en ignorant le danger improbable imprévisible d’une catastrophe nucléaire lié à la puissance destructive de l’atome, non maîtrisable, incontrôlable, dont le pouvoir effrayant, radiatif, invisible et polluant s’étale dans le temps et dans l’espace. Fukushima : les faits sont là, mais seul le discours officiel a changé, car l’on est passé d’un risque zéro à un risque calculé ou du risque peu probable au risque imprévisible. D’autres techniques comme l’hydraulique avec les barrages, production au fil de l’eau, l’éolien, le solaire photovoltaïque public et en auto consommé, la géothermie à basse température ou à haute température, les énergies marines marémotrices, l’énergie des vagues, les hydroliennes utilisant les courants marins, l’énergie thermique des mers, etc. Il est possible de se passer du nucléaire, sans se priver d’électricité et sans retourner à la bougie ou aux cavernes.

la priorité qui s’impose est de réduire toutes énergies y compris les consommations d’énergie électrique par la sobriété et l’efficacité énergétique.

546e6c1f18a61

 

Article provenant de : http://www.acqualys.fr/page/pourquoi-les-tarifs-et-le-prix-de-l-electricite-vont-augmenter

De .V, le 16/06/2015 à 12 h 59 min

Voilà donc un bon article, bien passionnant. J’ai beaucoup aimé et n’hésiterai pas à le recommander, c’est pas mal du tout ! Elsa Mondriet / june.fr

> Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>